Le varroa

Varroas sur une larve d'abeillaud juste avant la nymphose.

Varroa destructor est arrivé en France dans les années 80, c’est un acarien qui agit sur l’abeille en la parasitant il est donc dépendant de son hôte. Il est présent en permanence dans la ruche de sa naissance, dans sa phase de reproduction et jusqu’à sa disparition.

La varroose (maladie causée par l’infestation de varroas) décime une colonie en 1 à 3 ans.
Le varroa spolie l’abeille immature (la larve) de son hémolymphe (sang des insectes) puisqu’il se reproduit, pond puis se développe dans le couvain fermé tout en continuant sa parasitose. Mais aussi de l’abeille adulte, puisqu’on le retrouve dans sa phase phorétique (période où il se déplace). Outre ce parasitisme il est vecteur des virus. C’est donc un problème global puisqu’il agit sur toutes les castes d’abeilles tout au long de leur développement avec de multiples complications sur la santé de l’abeille et de la colonie, mais aussi sur les performances des reproducteurs et bien sûr sur le rendement à la ruche. La colonie sera morte si aucun traitement n’est réalisé.

Trente ans après son arrivée en France, Varroa destructor reste un problème majeur de l’apiculture. Il est responsable d’une grande partie des pertes hivernales. Le seul moyen de lutte efficace aujourd’hui est de contrôler strictement ses ruches et de traiter de façon collective selon les recommandations du vétérinaire-conseil.

Pour en savoir (beaucoup plus)  téléchargez l’excellent document
“Varroa et varoose” édité par la FNOSAD.

Guide_fnosad_varroa_et_varroose